Contactez nous au 04.90.84.37.97

Espace Bureau en état de siège !

FIN XIXème :

C’est à la fin du XIXème siècle que le secteur tertiaire commence à se développer et génère un nombre croissant de postes de col blanc. Le besoin d’un siège adapté au travail de bureau apparaît. Staffel, un chirurgien orthopédiste allemand, conçoit en 1884 la première chaise de travail « moderne »: quatre pieds, une assise plane et un dossier à 90°.

1930 :

Les problème liés au travail en position assise sont constatés dès le début XXème siècle. Les principes de la nouvelle théorie fonctionnaliste, qui donne la primauté à la fonction sur la forme, vont alors être rapidement appliqués à la conception des sièges de bureau. On étudie d’une manière approfondie le comportement du corps humain en position assise et la conception de sièges aux caractéristiques totalement nouvelles qui rend plus supportable et plus saine la position assise prolongée.

1950 : 

Les recherches menées pour/par les militaires durant le second conflit mondial ont généré de nombreuses innovations tant en matière de matériaux, que de procédés de fabrication. La technique de moulage du contreplaqué et l’utilisation de la mousse de caoutchouc, entre autres, vont entraîner une évolution remarquable en matière de fluidité des lignes et de confort général du siège de bureau. Dans le même temps de nombreuses recherches de style sont menées pour donner au produit un vrai look. C’est l’époque du « design organique » caractérisé par des formes ondulantes et ergonomiques dans un esprit biomorphique inspiré par le corps humain.

1970 :

La décennie pop s’annonce avec ses couleurs vives, ses formes pleines et une attention particulière portée au confort individuel. La manière même de s’asseoir change. Le concept  » d’assise dynamique active «  s’impose : les études démontrent en effet que ce type de soutien qui renforce le maintien général du corps, peut aussi fortifier la musculature et améliorer l’irrigation et la nutrition des disques intervertébraux.
Dans les années 60 et 70, les programmes de recherches associant industriels et médecins, notamment orthopédistes, débouchent sur des résultats qui vont se traduire par une évolution majeure dans la conception des sièges de bureau.
La trilogie  » position assise / douleurs / siège «  sur laquelle s’appuyaient les bureaux d’études et de développement est remplacée par le concept  » bureau / siège / machine « . Cette nouvelle approche ouvre la voie à la recherche de la  » combinaison  » idéale qui doit assurer à chacun un confort sur-mesure.

Être assis n’est plus un travail du squelette, mais bien une activité musculaire.

Les années pop puis hippie sont aussi marquées par la généralisation de l’utilisation des matières plastiques issues d’un pétrole bon marché. Le plastique à la fois souple et usinable permet la production en grande série de mobilier léger et coloré à un coût raisonnable. Progressivement, la forme regagne du terrain face à la fonction.

1980 :

A la fin des années 70, designers et fabricants de mobilier de bureau abandonnent les fantaisies créatives et se concentrent à nouveau sur l’ergonomie, la sécurité et la sociologie au travail. A la demande des clients, entreprises comme administrations et collectivités, les industriels conçoivent des produits faciles à livrer, à monter et à reconfigurer. La notion de flexibilité apparaît. C’est l’ère des systèmes modulaires fondés sur l’utilisation d’un nombre aussi restreint que possible d’éléments standards et combinables.

1990 :

Les années 90 sont pleines d’espoir du fait du boom économique : résultat de la fin de la guerre froide. Ce sont les années de la communication et du virtuel marquées par l’apparition de l’ordinateur au poste de travail. Une nouvelle génération de sièges apparaît ; leurs caractéristiques permettent d’apporter, entre autres, un soutien optimum aux épaules et aux muscles cervicaux. Le travail sur clavier sollicite en effet fortement les bras (15% du poids du corps) qui doivent être supportés afin d’éviter maux de nuques et de tête.

2000 :

Deux tendances lourdes caractérisent l’industrie : développement durable et mobilité. Préoccupation de première importance, la prise en compte des générations futures se traduit en

 » vendre moins mais vendre mieux « 

Ainsi les produits de notre industrie doivent-ils être respectueux de l’environnement à tous les stades de leur existence ? Les matériaux utilisés doivent être recyclables, les énergies nécessaires à la fabrication renouvelables, l’esthétique aussi intemporelle que possible afin d’allonger la durée de vie. Les normes environnementales deviennent plus exigeantes et leur respect fait déjà partie des critères de choix des clients. De même la notion de mobilité revêt une importance capitale, qu’il s’agisse de déplacement réel dans l’espace ou virtuel sur le web. L’ordinateur portable supplante le lourd ordinateur fixe et devient le centre du foyer, comme du poste de travail. Le mobilier devient plus léger et mobile, son aspect est rassurant, simple et honnête; les matériaux utilisés sont ergonomiques et écologiques et le design cherche à réconcilier sphère du travail et sphère privée.

EVERYis1 s’adapte à tous sans aucune contrainte. EVERYis1, c’est la simplicité par excellence. Il dispose d’un réglage automatique de tension du dossier sur la morphologie de l’utilisateur avec limitation de course en 3 positions. Etre bien assis devient une évidence. Et cela tout simplement, sans effort. EVERYis1 se contente d’un minimum de leviers et touches. Cela ménage les nerfs et permet de profiter au maximum de l’ergonomie et du confort du fauteuil.

Source : Magazine Office et Culture n°2 – novembre 2006 – Kitty de Groot

® Espace Bureau - Tous droits réservés | Mentions Légales - Conditions Générales de Vente